ombre d'une famille

Observation et analyse

L'ambition du dispositif d'observation sociale est de fournir à l'échelle régionale et infra régionale une vision d'ensemble de la population handicapée et de sa situation dans différents domaines.


 



Depuis 80 ans, des textes ont régulièrement incité à l'emploi des personnes handicapées. Dernier en date : la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Toutefois, les personnes handicapées sont particulièrement touchées par le chômage et tendent à constituer de fait une catégorie exclue de l'emploi, d'où l'intérêt porté par le dispositif d'observation sur la situation des personnes handicapées vis-à-vis du marché du travail.



 



Que ce soit en matière de formation professionnelle, de placement en milieu de travail protégé, d'emploi en milieu ordinaire, la reconnaissance du handicap constitue un enjeu majeur. Cette reconnaissance est d'autant plus importante qu'elle permet à la personne d'accéder à l'ensemble des dispositifs d'aide prévu (AAH, AES, ALD …). C'est pourquoi la reconnaissance sociale du handicap et les prestations sociales qui y sont associées constituent un des champs d'analyse.


 



Favoriser l'accès à l'éducation et à la scolarisation des personnes handicapées est une condition essentielle de leur insertion sociale et professionnelle, la loi du 11 février 2005 reconnaît à tout enfant présentant un handicap le droit d'être inscrit en milieu ordinaire, dans l'école la plus proche de son domicile. L'objectif du dispositif d'observation sociale est donc d'étudier la situation de l'intégration scolaire des enfants handicapées dans la région (intégration scolaire collective, individuelle).



 



Enfin, compte tenu de leur rôle dans la socialisation, l'intégration, l'accompagnement et l'insertion des personnes handicapées, les Etablissements et services médico-sociales pour enfants et pour adultes constituent un dernier champ couvert par le dispositif d'observation sociale.

 

 

 

Le système d’information partagé pour l’autonomie des personnes handicapées (SipaPH)

 

Prévu par la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, ce système d’information dit « décisionnel » mis en place par la Caisse nationale de la solidarité pour l’autonomie (CNSA) met à disposition de différents acteurs des données de pilotage et de suivi de la politique du handicap sous forme d’indicateurs et de tableaux de bord. Ce système est notamment alimenté par les données collectées dans les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).